Roc de prière

Le pape dont le charisme avait fini par masquer le vrai visage : Jean-Paul II, un des plus grands mystiques du XXe siècle

27 avril 2014
Neuf ans seulement après sa disparition, Jean-Paul II est canonisé aujourd’hui. Retour sur la vie de celui que beaucoup de cardinaux appelaient un « Roc de prière ».Saint homme
Jean-Paul II se passionnait pour le théâtre, et toute sa vie il a écrit de la poésie. Crédit Reuters
15412144

Atlantico : Jean-Paul II, dont c’est ce dimanche la canonisation, a été le premier pape médiatique. Son charisme a tout particulièrement agi sur les jeunes, qui ont toujours afflué en masse aux JMJ. Mais celui qui s’appelait Carol Wojtyla avant son élection était-il celui que le monde entier a connu ? Quelle était sa psychologie ?

Nicolas Diat : C’est un homme qui a beaucoup influencé la Pologne, en tant que cardinal archevêque de Cracovie. Déjà, sous la dictature communiste, il était une figure majeure, auprès des jeunes notamment. Il a été très marqué par la Seconde guerre mondiale, lui qui a effectué son séminaire dans la clandestinité. La lutte de la Pologne  contre le nazisme a inscrit dans son coeur des traces durables, d’autant qu’il avait beaucoup d’amis juifs.Par ailleurs, c’était un être très extraverti; il se passionnait pour le théâtre, et toute sa vie il a écrit de la poésie… On voit donc bien la personnalité qui se dégage, mélange de grande finesse et de détermination sans faille. Et si nous remontons encore plus loin dans le temps, lorsqu’il devint prêtre, il demeure poignant de comprendre qu’il est seul : successivement, le jeune Karol a perdu sa mère, son frère et son père.L’homme qui arrive à Rome en 1978 est donc l’héritier d’une histoire déjà fort riche. La fonction de pape révèle ce caractère au monde entier, et le fait aussi évoluer. On n’exerce pas une fonction aussi longtemps sans changer, surtout lorsqu’on survit à un attentat.A lire aussi : Le pape dont le charisme avait fini par masquer le vrai visage : Jean-Paul II, le grand politique

Entre le Cardinal Wojtyla et le pape Jean-Paul II, quelles sont les différences ?

Il n’a jamais oublié la terre et les peuples qu’il avait quittés. Derrière le Rideau de fer, il savait que se trouvaient des personnes à qui la liberté était refusée.La spiritualité de Jean-Paul II repose sur l’école mariale. La devise de son pontificat était Totus tuus , « Tout à toi », c’est-à-dire, tout à la Vierge Marie.Tous ceux qui furent ses plus proches collaborateurs peuvent en témoigner : il priait continuellement. Beaucoup de cardinaux m’ont décrit cet homme comme un « roc de prière ». Selon le cardinal Tauran, qui a été son ministre des affaires étrangères, toutes les grandes décisions diplomatiques ont été prises dans sa chapelle, et non dans son bureau. Notons d’ailleurs que sa relation avec Benoit XVI était marquée par cette estime pour l’homme de prière: Jean-Paul II avait une immense admiration pour l’intellectuel qu’était Ratzinger, et à l’inverse celui-ci admirait profondément la spiritualité insubmersible du souverain pontife.

Les foules avaient-elles un aperçu de ce qu’il était dans l’intimité ?

Les foules ne pouvaient pas savoir que c’était un homme que ses proches retrouvaient régulièrement dans sa chapelle, la nuit, allongé à même le sol, en prière. Cet exemple, pour les croyants comme les non-croyants, ne peut guère laisser indifférent.Je crois que les foules ont aussi été impressionnées par l’homme qui ne mâchait pas ses mots. En fait, le magnétisme qui se dégageait de ce pape était exceptionnel. D’ailleurs, il est vraiment important de préciser que ce dimanche, c’est Jean-Paul II qui sera canonisé, et non un pontificat.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pape-dont-charisme-avait-fini-masquer-vrai-visage-jean-paul-ii-plus-grands-mystiques-xxe-siecle-canonisation-1055048.html#TKKsGmJ6xvIUFLqA.99

Publicités
Cet article a été publié dans Annonce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.